Mai

TRAVAUX DE MAI

Ici, en téléchargement l’exposé de Gilbert


Les hausses:
On en pose une à la fois, garnie au centre de 3 à 4 cadres de cire gaufrée et complétée avec d’autres cadres déjà étirés.
On en surveille chaque semaine le remplissage.
Au 2/ 3 remplie, alors que la miellée continue, on en ajoute une seconde que l’on placera au dessus ou en dessous de la première.

La grille à reine :
On la met sur le corps de ruche avant la 1ère hausse La reine ne peut alors y aller pondre.
En ne la mettant qu’après la 1ère hausse on donne à la reine de l’espace pour étendre son couvain. Une manière comme une autre d’éviter un éventuel blocage de ponte et un essaimage.

  • Avant tout:
    • Préparation du local d’extraction et du matériel
    • Nettoyage des sols et murs, propreté irréprochable
    • Le matériel, extracteur, seaux ou cuves à décanter, couteau, etc… doivent être propres
    • S’assurer de l’herméticité du local
  • Elle se fera:
    • De préférence le matin d’une belle journée et l’extraction l’après midi
    • Important: Les cadres à récolter devront être operculés au2/3 minimum afin que le miel se conserve
    • Après extraction les cadres vidés seront remis en hausses
    • Ces dernières seront replacées sur les ruches pour les miellées suivantes
  • Réunion des colonies faibles
    • Mai est un mois très favorable pour réunir les colonies sans risque de bataille.
    • Les ruches en retard de développement ne feront pas de récolte valable. Il est donc plus judicieux de les unir aux colonies moyennes.
    • Avant réunion il est préférable de supprimer la mauvaise reine. La ruche faible sera placée sur celle qui reçoit.
  • Essaims naturels
    • Matériel de récupération:Une ruchette, Un cadre étiré et des cadres de cire gaufrée, un drap, un sécateur, un couteau , une corde, une tenue, un enfumoir, des gants etc…
  • Facteurs déclenchants de l’essaimage:
    • Une population nombreuse
    • Un manque de place
    • Une reine âgée
    • La race d’abeilles : (carniolienne ou carnica)
  • Rappel de quelques dispositions (non infaillibles) pour en limiter les risques – Travaux d’ avril – :
    • à la visite de printemps donner des cadres cirés à bâtir.
    • mettre la hausse un peu avant que les abeilles ne manquent de place
    • Visiter les ruches, pour découvrir à temps les cellules royales. (Division de la colonie)
  • L’essaimage :
    • Peut être préparé 2 à 4 semaines à l’avance par la colonie.
    • Il se produit après le déclenchement d’un élevage royal.
    • La reine est moins nourrie par les abeilles, elle réduit sa ponte et la taille de son abdomen. Les ouvrières se gorgent de miel.

L’essaim sort par une belle journée lorsque les cellules de reine les plus âgées sont au stade de l’operculation.

Bien souvent Il ne reste pas à son emplacement très longtemps et repart prendre une autre position devenue inaccessible. Il faut donc le récupérer rapidement.


  • L’essaimage peut se dérouler en plusieurs temps:
    • Le premier essaim « primaire » sort de la ruche avec la vieille reine
    • Un second essaim « secondaire » peut sortir de la même ruche quelques jours après. Il part avec une ou plusieurs reines vierges.
    • Un troisième essaim « tertiaire » peut sortir ensuite, ces derniers sont très volages et difficiles à enrucher.
    • Pour éviter ces excès il est bon de détruire rapidement et en partie les cellules de reine laissées lors de l’essaimage primaire.
    • Lors de la récupération d’un essaim s’il provient de votre cheptel, le nourrir après l’enruchage
    • Pour un essaim de provenance inconnue, il est bon, après enruchage, de l’enfermer et le garder au frais 48 heures le temps que les abeilles digère ce qu’elles ont ingurgité avant leur départ.
    • Le nourrir à l’issue après mise en place
    • Il n’est pas interdit non plus de traiter contre varroa.
  • Essaimage artificiel:
    • Les méthodes sont multiples.
      J’applique celle-ci quand je le peux:
      – on travaille sur une colonie que j’ai sélectionnée de par ses critères ou qui présente des signes d’essaimage (cellules royales)
      – on commence la visite de cette ruche tout en gardant à l’esprit de trouver la reine. (Le marquage facilite la tâche).
      – Une fois trouvée, elle est isolée.
    • La visite se poursuit : – on prélève 2 ou 3 cadres de la ruche : 1 cadre de couvain ouvert, 1 de couvain fermé, 1 avec de la nourriture le tout chargé d’abeilles.(on détruit les cellules de reine éventuelles)
      – on les place au centre d’une ruchette que l’on complète avec des cadres de miel ayant si possible de la place pour la ponte
      – Si la population de la ruche est conséquente on fait tomber dans cette même ruchette les abeilles d’un 4éme cadre – on y dépose la reine prélevée au départ.
      – la ruchette est déplacée à l’autre bout du rucher.
      – un nourrissement n’est pas exclu.Elle sera visitée 15 jours après et en fonction des besoins elle sera transvasée ou nourrie…..
    • Revenons à la ruche: – Il y reste donc une partie de la colonie (sans reine).
      – On laisse les cellules royales s’il y en a
      – On s’assure de la présence de jeune couvain (œufs, larves de moins de 3 jours)
      – On complète avec partition et cadre de miel.
      – On laisse cette ruche à son emplacement initial.Elle aura besoin d’abeilles c’est pourquoi elle restera en place et accueillera les butineuses à leur retour.
      – 3 à 4 semaines après on visite avec précaution et on s’assure du bon déroulement de ce remérage.
      On nourrit si besoin.
  • Elevage de reine:

  • L’elevage de reine par la méthode Miller

      methode-miller.pptx (1,1 MiB, 392 hits)