Juin

TRAVAUX DE JUIN

C’est un mois propice à plusieurs miellées.

Viennent principalement les miellées de tilleul, de trèfle, de
ronce et en fin de mois, courant sur juillet, le châtaignier.

Il faut donc:

  • Contrôler le remplissage des hausses :Le faire chaque semaine. Dans de bonnes conditions une hausse peut être remplie en une dizaine de jours.Une ruche qui n’évolue pas comme les autres devra être visitée afin de découvrir la cause de son retard. (Essaimage en cours,maladie,orpheline)
  • Poser des hausses supplémentairesLa première hausse a été posée en avril ou mai.Lorsqu’elle est au trois quart pleine et que la miellée semble se poursuivre on peut ajouter une seconde hausse.Si la première a été laissée à disposition complète de la colonie il y a de fortes chances qu’elle contienne également du couvain. Il est alors judicieux d’insérer entre les hausses une grille à reine

    NOTA : Lorsque les miellées sont bien marquées on peut aussi récolter. Remettre ensuite après extraction la hausse ou les cadres prélevés.

  • Récolter le miel de printempsAvant tout, préparer la miellerie ou tout local prévu pour l’extraction et le matériel utile à cette dernière.S’assurer de l’herméticité du local

Opération de récolte:

  • Choisir une belle journée ensoleillée.Enlever les hausses le matin et faire l’extraction l’après-midi. Récolter les cadres operculés au 2/3 minimumLes cadres ne correspondant pas à ce critère ou contenant du couvain ne seront pas prélevés ou, si ils le sont, seront mis de côté et redonnés groupés aux colonies.
  • première méthode pour récolter :
    • Enfumer la ruche, l’ouvrir et décoller les cadres de la hausse. Les retirer un à un le plus rapidement possible en enfumant si besoin et en les débarrassant des abeilles restantes par brossage ou en frappant les têtes de cadres avec le plat de la main au-dessus ou devant de la ruche.
    • On place les rayons dans une hausse vide posée à côté couverte d’un linge légèrement humide ou d’un couvercle. Une fois remplie elle sera mise à l’abri du pillage. On retire alors la hausse vide de la ruche qui recevra à son tour les cadres d’une seconde hausse.
  • seconde méthode pour récolter :
    • par l’utilisation du chasse abeilles.Il est fixé sur le trou de nourrissement du couvre-cadre. Il permet le passage des abeilles dans un seul sens, de la hausse vers le corps de ruche.
      Extracteur radiaire Extracteur radiaire
    • Les couvres-cadres ainsi équipés sont placés la veille du jour de la récolte, en fin de journée, entre le corps et la hausse.Dans la nuit,les abeilles redescendent dans le corps de ruche et ne trouve plus, le lendemain, le chemin habituel pour se rendre dans les hausses. Ces dernières, vides d’abeilles sont enlevées pratiquement sans fumée.Nota : si la hausse contient du couvain, des abeilles y seront restées.Il faudra procéder comme en première méthode.

L’extraction:

  • Nettoyage des cadres de miel (enlèvement de la propolis et des excroissances de cire)
  • Désoperculation des cadres l’aide d’un couteau adapté
  • Mise en place de ces derniers dans l’extracteur en essayant d’équilibrer les « masses »afin de limiter les vibrations
  • Pour ne pas briser les rayons chargés de miel, notamment les cires neuves qui sont plus fragiles, la vitesse de rotation doit être progressive.

différents type d’extracteurs:

  • Radiaires, 2 faces à la foisExtracteur radiaire
  • Tangentiel, une face à la foisExtracteur radiaire

La maturation:

  • A la sortie de l’extracteur, le miel est filtré puis mis dans un maturateur (plastique ou cuve inox)
  • Il y restera au minimum une semaine délai nécessaire à une bonne épuration du miel qui se fait par décantation naturelle.Le miel est ensuite mis en pots qui seront stockés dans un local frais ( 14 °)

Les cadres donc vidés de leur contenu seront remis en hausses.Celles-ci seront replacées sur les ruche « en direct » dans le cas d’une miellée à venir.

Si il s’agit de la dernière récolte, elles seront mises au-dessus du couvre-cadre trou de nourrissement ouvert pour léchage pendant 2 à 3 jours pas plus

En juin il y a aussi :

  • La fièvre de l’essaimage.
    • La population dans les ruches est alors importante et composée essentiellement de butineuses.
    • Il faut veiller « au manque de place » et ne pas hésiter à ajouter une hausse si nécessaire.
    • Les essaims naturels recueillis seront mis en ruchette ou ruche sur cadres cirés puis disposés ans un local frais pendant 48 heures (ruchette aérée et fermée), et enfin en quarantaine dans un endroit prévu à cet effetIls seront nourris dès la mise en place « définitive » puis traités contre « varroa »
  • Le suivi des essaims artificiels
    • Vérifier la présence d’une reine, l’état du couvain,mise en ruche.
  • La réunion de colonies
    • Celles qui ne donnent pas satisfaction, seront si possible orphelinées et placées au-dessus des ruches receveuses.